• 聖雲先會國際聯盟

    每天在全世界服務三千萬窮人

  • 聖雲先會國際聯盟

    我願意以一個愛德的網絡來擁抱全世界

Carême : période de conversion, jeûne, prière et charité

ill

La Sainte Église nous enseigne que, durant la période du Carême, moment fort de la conversion, les fidèles sont invités à exprimer, de la façon la plus dynamique et concrète qui soit, trois éléments qui renforcent l'esprit et permettent la sanctification personnelle, au travers du pardon des péchés : le jeûne, la prière et les actes de charité (parmi lesquels l’aumône).

Dans le Catéchisme catholique, nous pouvons trouver diverses références à l’aumône (geste de charité), à la pratique du jeûne (geste de don) et à l'expérience de la prière (geste d’espérance) au moment du Carême. Tous ces gestes complètent l'action principale qu'est la pénitence et qui exprime la conversion totale à Dieu.

Dans les paragraphes 1434 et 1438, le Catéchisme établit que la pratique des gestes de charité, pendant les 40 jours du Carême, contribue à une « purification radicale opérée par le baptême » comme une façon d'obtenir le pardon pour les péchés commis, lorsque nous démontrons un effort pour se réconcilier avec notre prochain. Ainsi, tout acte de solidarité en direction des nécessiteux est un témoignage de charité fraternelle, et aussi une mise en pratique de la justice qui plaît à Dieu.

La pratique de la charité, selon la 1ère Lettre de Saint Pierre (chapitre 4, verset 8), « couvre une multitude de péchés ». La doctrine catholique dit également : « Ces temps sont particulièrement appropriés aux exercices spirituels, aux liturgies pénitentielles, aux pérégrinations en signe de repentance, aux privations volontaires telles que le jeûne, l'aumône et le partage fraternel (telles que les oeuvres de charité et missionnaires ».

Parlons un peu de ces trois aspects. Tout d’abord, la prière : nous ne pouvons oublier qu’elle est la base de toute la foi chrétienne. Il est impossible de maintenir un dialogue avec Dieu autrement que par le biais de la prière. Le Christ lui même, lorsqu’un de ses disciples lui a demandé comment il pourrait « parler » à Dieu, lui a enseigné la Prière du Notre Père.

En ce qui concerne le jeûne, le Catéchisme de l’Église Catholique nous dit que « les fidèles observeront le jeûne prescrit par leur église ». Et poursuit :  « L’attitude corporelle (gestes, vêtements) doit traduire le respect, la solennité, la joie de ce moment au cours duquel le Christ devient notre hôte ».

Au sujet de l’aumône, il est important de rappeler que celle-ci a été, malheureusement, de plus en plus laissée de côté dans la société matérialiste dans laquelle nous vivons. Mais ce que l’on attend de cette pratique est qu’elle réveille la charité et le partage dans le cœur des hommes et des femmes, sentiments qui peuvent se manifester non seulement au travers du don en argent, mais aussi au travers d’une parole amicale, d’un conseil, d’un sourire. Partager ce que l’on a est un bon exemple d’aumône.

Ainsi, la période du Carême est propice à ce que les Conférences Vincentiennes développent des campagnes dans les paroisses, chapèles et communautés, invitant les fidèles à pratiquer la Charité afin de témoigner concrètement de ce moment durant lequel l’Église demande à tous une vie de conversion, de pénitence et d’espérance dans la Pâques du Seigneur.

Le message que je tiens à laisser aux vincentiens du monde entier, durant ces jours de carême, est le suivant : c’est lorsque nous sommes appelés à pratiquer l’exercice de notre foi de la façon la plus parfaite que nous cherchons à vivre un temps de rapprochement total avec le Divin, élevant notre coeur à Dieu par le biais du jeûne, de la charité et de la prière. Ainsi, nous serons en train de nous préparer pour la Pâques du Seigneur. 

Confrère Renato Lima de Oliveira

16ème Président Général