• 聖雲先會國際聯盟

    每天在全世界服務三千萬窮人

  • 聖雲先會國際聯盟

    我願意以一個愛德的網絡來擁抱全世界

返回清單

Lecture spirituelle du dimanche 13 Août 2017

04 八月 2017 國際總會消息 Lectures spirituelles

Lecture spirituelle du dimanche 13 Août 2017

Semaine du 7 Août 2017 (référence : lectures du dimanche 13  Août)

19ème Dimanche du Temps ordinaire

Lectures : Romain 9,1-5 ;  Mathieu 4, 22-23

« Courage ! C’est moi. N’ayez pas peur ! »

Réflexion vincentienne

L’extrait de l’Évangile de cette semaine est très emblématique et est représenté en peinture dans d’innombrables œuvres d’art tout au long de l’histoire : Jésus marchant sur les eaux.

En réalité, la lecture de cette semaine va dans le même sens que celle de dimanche dernier : la manifestation de Jésus. Dans l’Évangile de dimanche dernier, Jésus fut transfiguré devant Pierre, Jacques et Jean, qui eurent peur et ne comprirent pas ce qui se passait, jusqu’au moment où Dieu décida de leur envoyer une voix du ciel pour dire qu’il s’agissait de son Fils aimé. Alors Jésus leur demanda de ne pas avoir peur, car il ne s’agissait que de la manifestation de sa divinité.

Cette semaine, Jésus marche sur les eaux. Il faisait sombre (il était trois heures du matin) et les disciples ne réalisèrent pas qu’il s’agissait de Jésus. Ça ne pouvait pas être Lui, car il marchait sur les vagues ; cela ne pouvait être qu’un fantôme. Jésus leur dit encore de ne pas avoir peur, car il s’agissait de la manifestation de sa divinité.

Pierre, à nouveau Pierre, prend la tête du groupe, mais en restant très méfiant, et déclare que s’il était bien Jésus, il pourrait lui aussi marcher sur les eaux. Jésus lui offre l’occasion de renouveler sa foi et l’invite à marcher également, mais Pierre continue de se méfier : il ne voit pas la lumière ; et il commence à sombrer. Avec beaucoup de  patience, Jésus tend la main et le sauve, tout en le réprimandant (peut-être un peu sévèrement) : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et tout se calma aussitôt.

Je comprends notre vocation vincentienne à travers plusieurs parmi ceux qui participent à cette très belle scène de l’Évangile de cette semaine.

Parfois nous sommes les disciples et nous nous asseyons sur un bateau qui est à la dérive, avec le vent contraire. Nous oublions d’appeler Jésus, qui est si près de nous. En réalité, Il est en nous. Et Jésus, sans que nous l’appelions, vient à notre rencontre, car il connaît nos faiblesses et les dangers que nous affrontons dans nos tempêtes.

Parfois, nous ne reconnaissons pas Jésus dans nos vies. Au contraire, nous pensons que le bateau coule car Jésus n’est pas avec nous. Nous ne pensons qu’aux fantômes de notre existence. Nous n’envisageons même pas que c’est peut-être Jésus qui nous rappelle qu’Il est là, prêt à calmer les mers ou pour nous faire marcher sur les eaux ; il suffit de l’appeler.

Nous avons peur de marcher sur les eaux, de nous dépasser, d’être plus mûrs que nous-mêmes et de tenter l’impossible, tout en sachant que Jésus va toujours nous tendre la main. Saint Vincent nous dit que l’amour (la charité) doit être créative jusqu’à l’infini, c’est-à-dire, que nous devons aller au-delà de nos limites pour aimer encore plus. Il dit que la limite de la créativité pour aimer est l’infini : la limite c’est Dieu lui-même !

Comme Pierre qui voulait atteindre la limite de marcher sur les eaux, pour arriver près de Jésus, nous devons être nous-mêmes, en tant que vincentiens. Notre objectif est la sanctification, la rencontre et la contemplation de Dieu, à travers le service du Pauvre. Mais cela ne peut pas être un service rendu avec crainte : Dieu nous rend capables de marcher sur les eaux ou « d’innover à l’infini », pour que le Pauvre se sanctifie et, ainsi, que nous nous sanctifiions également. En réalité, nos limites, ce sont nous-même qui nous les imposons.

Il n’y a pas de tempête qui puisse détruire notre bateau, s’il sert à emmener nos êtres chers, nos assistés et  nous-mêmes dans la direction de Dieu.

Il suffit que nous n’ayons plus peur de nos propres limites.

Lecture de la semaine précédente :

> Lecture spirituelle du dimanche 6 Août